Paris – Amsterdam

Si fin’ et si claire est sa lign’ et son teint
Cuivré, des yeux gris-vert, une bouch’ au fusain.
Sans sourir’ ell’ se donn’ au public à demi;
D’un seul geste, m abandonn’ un regard indecis.

Son sourcil, a la plume, graci’eusement dessiné,
Fièrement allume un visage a rever
Onctueus’ creatur’ aux cheveux embaumés
Dont la peau en murmurs souffl’ des mots insensés

Ô beauté, noir’ et or, que je n ose approcher
Que tes yeux de berbère se souviennent à jamais
du matin de l’hiver, ou l’on s’est rencontrés
et j’emporte avec moi ces moments à aimer.

Ô beauté, noir’ et or, que je n ose approcher
Que tes yeux de berbère se souviennent à jamais
du matin de l’hiver, ou l’on s’est rencontrés
et j’emporte avec moi ces moments à aimer……

Max

maxi zone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Optionally add an image (JPEG only)

Powered By WordPress. A Magnetic theme by Devfloat